Toute l’actualité automobile sur le blog infos-automobile.fr

fév
19

Cannabis au volant, danger au tournant

girl putting joint in ashtray at crazy partyLe danger de la conduite sous l’emprise de cannabis étant avéré, un arsenal de mesures a été mis en place pour traquer les contrevenants. Plutôt que de se faire prendre par la patrouille, ces derniers devraient bientôt pouvoir disposer d’un test d’auto-dépistage, conçu par une société française.

Si vous pensez que fumer un petit joint avant de prendre le volant n’entraîne que peu de risques, vous faites une grave erreur. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), organisme de référence en la matière, estime que conduire sous l’influence du cannabis multiplie par 1,8 le risque d’être responsable d’un accident mortel de la route. Concrètement, vous avez donc deux fois plus de risque de vous tuer ou de tuer quelqu’un. Le cannabis serait directement responsable de 230 morts sur les routes en France chaque année.

Un test d’urines

Pour traquer les contrevenants, les forces de l’ordre disposent de mesures dissuasives depuis quelques années, avec une peine pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison et 4 500 € d’amende, ainsi qu’un retrait de 6 points sur le permis de conduire. Les contrôles sur les bords des routes restent encore rares mais les tests de dépistage sont désormais systématiques en cas d’accident. Une société montpelliéraine s’apprête également à distribuer des tests urinaires d’auto-dépistage du cannabis à destination des fumeurs occasionnels. Baptisé « Canabis Verdict », il doit permettre de vérifier que la personne est apte à prendre le volant. Actuellement en phase d’expérimentation, ce test devrait être mis en vente prochainement dans les bureaux de tabac, au tarif de 3,50 €.

Que pensez-vous d’un tel test d’auto-dépistage ? Constitue-t-il un bon complément à l’éthylotest ?

fév
12

Chères autoroutes, trop chères autoroutes…

traffic of roadDepuis le 1er février, les tarifs des péages autoroutiers ont augmenté en moyenne de 0,80 % sur l’ensemble du réseau français par rapport à l’année dernière. Une hausse certes moins importante que certaines années mais qui continue d’alourdir la facture des longs trajets.

C’est devenu une bien triste habitude, chaque début d’année offre son lot d’augmentations tarifaires dans différents domaines : l’électricité, le gaz, les timbres,… Les transports ne dérogent pas à la règle, avec pour les automobilistes la traditionnelle hausse du tarif des péages autoroutiers. Sur le réseau payant concédé aux trois principaux groupes Vinci, Eiffage et Abertis, l’augmentation est comprise entre 0,35 % et 1,23 % depuis le 1er février, pour une moyenne de +0,80 %.

100 km, 10 euros en moyenne

Les éternels optimistes peuvent s’en satisfaire, au regard des revalorisations tarifaires bien plus importantes des dernières années : +2,24 % en 2011, +2,5 % en 2012. À tel point qu’en juillet dernier, la Cour des comptes avait dénoncé les fortes hausses constatées depuis la privatisation du secteur au milieu des années 2000. Les compagnies de gestion des autoroutes semblent avoir pris en compte ce signal d’alarme. Reste que la facture est de plus en plus salée pour les usagers. Pour parcourir 100 km sur autoroute en France, il faut désormais débourser en moyenne 10 euros, un tarif en hausse de plus de 11 % par rapport à il y a seulement 5 ans.

Que pensez-vous de cette hausse des tarifs ? Vous semble-t-elle tolérable ou la trouvez-vous encore trop importante ?

fév
05

Mon relevé de points du permis de conduire en quelques clics

controles radarsSi c’était jusque-là un chemin de croix pour connaître le nombre de points restant sur son permis de conduire, ce ne sera bientôt plus le cas grâce à une procédure de simplification actuellement expérimentée dans deux départements. Enfin !

« Tu sais combien il te reste de points sur ton permis de conduire, toi ? » « Euh… Pas exactement. » Avouez, vous avez déjà eu ce genre de discussion avec des amis et des collègues ! Car parfois, on peut perdre des points sans s’en rendre compte, pour des petites infractions au code de la route qui s’accumulent. Les retraits de points défilent, défilent, jusqu’à flirter avec l’interdiction de prendre le volant. Et pour savoir où on est, il faut soit se déplacer à la préfecture, soit faire une demande écrite pour obtenir par voie postale un code secret permettant de consulter un site Internet dédié, Télépoints. Bref, une galère sans nom et une procédure qui peut s’éterniser sur plusieurs semaines.

Testé en Hauts-de-Seine et dans le Loiret

Heureusement, le gouvernement a réaffirmé récemment sa décision de simplifier cette procédure de consultation du solde de points affectés au permis de conduire. Concrètement, tout conducteur va désormais pouvoir demander ce fameux code directement sur Internet, sans passer par la préfecture ni le courrier postal. Jusque fin février, les habitants des départements des Hauts-de-Seine (92) et du Loiret (45) expérimentent la méthode. En cas de succès, elle sera généralisée à l’ensemble du territoire français dans les prochains mois.

Que pensez-vous d’une telle décision ? De telles simplifications peuvent-elles s’appliquer à d’autres procédures administratives ?

jan
29

Stationnement payant : avec votre smartphone vous n’y couperez plus !

ContraventionPlusieurs villes de France proposent désormais aux automobilistes de payer leur stationnement via leur smartphone. Un moyen qui pourrait s’avérer efficace pour traquer les contrevenants et les faire payer coûte que coûte…

C’est un geste qui sera peut-être bientôt amené à disparaître : mettre sur le tableau de bord de la voiture le ticket qu’on vient de retirer au parcmètre pour avoir droit de stationner à un emplacement payant. Et reconnaissez que c’est parfois tentant de ne pas le faire, en priant pour qu’il n’y ait aucun contrôle dans la rue où votre véhicule est stationné, le temps d’effectuer votre course… Ce petit jeu du chat et de la souris avec les forces de l’ordre pourrait donc être vite faussé en faveur de ces derniers, bien sûr, qui disposent désormais d’une nouvelle arme de contrôle : le smartphone, ou plus exactement votre smartphone !

Très prochainement à Paris

Grâce à une application (heureusement) gratuite, il est possible dans certaines villes de France de payer son stationnement à distance et en quelques clics. C’est déjà le cas notamment au Havre, à Valenciennes et à Nice. Ça le sera à Paris dans les semaines à venir, d’abord dans les quatre premiers arrondissements. Si cette méthode de stationnement connecté est pratique pour les utilisateurs, c’est aussi un bon moyen de les faire payer plus. À Paris actuellement, seuls 9 % des automobilistes respectent le stationnement payant…

Que pensez-vous de ce dispositif ? Est-ce une arme supplémentaire pour s’assurer que l’argent rentre bien dans les caisses des collectivités et de l’État ?

jan
22

Voitures banalisées, amendes pas banales !

AutobahnpolizeiLe nombre de voitures banalisées de police et de gendarmerie équipées d’un radar embarqué ne cesse d’augmenter sur les routes de France. Objectif : traquer les excès de vitesse dans les deux sens de la circulation. Un dispositif pas aussi infaillible que le prétendent les forces de l’ordre…

Comment ça fonctionne ?

Le principe de ces équipements de terrain mobile (ETM), plus connus sous le nom de radars mobiles, est le suivant : une voiture banalisée des forces de l’ordre est équipée d’un flash infrarouge très discret, dissimulé dans la plaque d’immatriculation à l’avant. Le dispositif permet de prendre en photo des voitures dans les deux sens, avec une marge de tolérance de 10 km/h.

Combien y en a-t-il ?

Policiers et gendarmes disposent de cette nouvelle arme depuis le 1er mars 2013. Il y en a actuellement 79 sur les routes de France, avec l’objectif d’arriver à 300 en circulation d’ici la fin de l’année 2015. Les voitures banalisées peuvent circuler et sanctionner partout, depuis les autoroutes jusqu’en agglomération.

Sont-ils infaillibles ?

D’après l’association « 40 millions d’automobilistes », il y aurait possibilité de contester les infractions constatées par ces radars mobiles. La raison ? Ils produiraient des photos trop floues ou trop sombres pour reconnaitre formellement la personne au volant. Une faille dans laquelle pourraient s’engouffrer les avocats spécialistes de la question et leurs clients…

Et vous, que pensez-vous de ce dispositif ? Estimez-vous qu’il puisse contribuer à améliorer la sécurité routière ?

jan
16

Acheter une voiture d’occasion : gare aux pièges !

Abandoned old carS’il y a de très bonnes affaires à faire sur le marché de l’occasion, il existe aussi quelques arnaques. Corrosion dissimulée, entretien pas à jour, bruits anormaux… Tour d’horizon des pièges à éviter avant de sortir le chéquier.

Un joli modèle de voiture à faible kilométrage et à un prix très intéressant : la petite annonce est à première vue intéressante. L’est-elle à coup sûr ? Pour vous en assurer, vous devez impérativement voir cette prétendue bonne affaire et la tester avant de sortir le chéquier. Premier élément de vérification : l’état général de la carrosserie. Inspectez le véhicule sous toutes les coutures, traquez la corrosion et les traces de peintures différentes sous les joints en caoutchouc. Des retouches récentes peuvent signifier que l’extérieur de la voiture n’est pas aussi sain qu’il en a l’air… Si c’est le cas, vous pouvez demander une ristourne de 5 à 10 %.

Exigez toutes les factures de réparation et d’entretien

Vient ensuite la phase de test sur route en passant toutes les vitesses et en sollicitant les freins et la direction. Tentez de déceler d’éventuels bruits mécaniques suspects, tels que les sifflements de roulements de roues. Enfin dernière étape, exigez tous les papiers du véhicule : la facture d’achat, la carte grise, l’assurance, mais également le carnet d’entretien et les factures de réparation correspondantes. C’est le meilleur moyen de vous faire une idée du soin avec lequel le véhicule a été entretenu sur la durée et de la manière dont il peut bien vieillir entre vos mains.

Quels sont, selon vous, les autres éléments à vérifier auprès du vendeur ?

jan
13

Le business des stages de récupération de points

Avis de contravention avec permisAlors que chaque année, plus de 10 millions de points sont retirés des permis des automobilistes français, le marché des stages de récupération de points n’a jamais été aussi florissant. Voyons comment ça fonctionne, combien ça coûte et à qui ça s’adresse.

Un excès de vitesse par ci, un flagrant délit de téléphone au volant par là,… À force d’infractions, le capital de points de votre permis de conduire est en train de fondre comme neige au soleil. Heureusement, il existe des stages de récupération de points. 1 500 centres en France vous permettent de suivre un stage, accessible une fois par an maximum à des automobilistes ayant au moins 4 points à rattraper. Attention, il faut disposer d’au moins 1 point pour effectuer le stage, sinon votre permis n’est déjà plus valide !

Ni test ni examen

Un stage dure deux jours (16 heures effectives) et est payant : comptez tout de même aux alentours de 250 euros pour un intérêt tout relatif. En effet, il suffit de faire acte de présence pour récupérer 4 points. Par groupe de 10 à 20 personnes, vous aurez droit à une présentation générale des données de la sécurité routière, ainsi que des éléments sur les infractions et les accidents. Aucun test ni examen à l’issue des deux jours, chaque stagiaire reçoit une attestation qui permet une récupération automatique des points sous 15 jours. Un juteux business dont profitent des organismes privés agréés par la préfecture de chaque département.

Que pensez-vous de ces stages ? Pensez-vous qu’ils doivent être mieux réglementés ?

Page 3 sur 3612345101520Dernière page »