Toute l’actualité automobile sur le blog infos-automobile.fr

déc
18

Dépénalisation des PV de stationnement : la polémique enfle

Réclamée par certains élus locaux et en passe d’être adoptée par le Parlement, la dépénalisation des PV de stationnement laisserait aux maires la liberté de fixer le montant des amendes. Une porte ouverte aux abus à laquelle s’oppose une majorité de Français. Allez-vous payer plus ? Explications.

La loi telle qu’elle existe actuellement est la suivante : que vous habitiez à Paris, Lyon, Nantes ou Strasbourg, si l’agent ne voit pas de ticket valable sur le tableau de bord de votre véhicule stationné sur une place payante, il vous en coûtera 17 euros. Ni plus, ni moins. En France, tout le monde est égal devant le PV. Problème : dans certaines grandes villes et particulièrement à Paris, cette amende n’est plus assez dissuasive. C’est la raison pour laquelle la dépénalisation du PV de stationnement est actuellement à l’étude auprès des élus.

Mise en application en 2016

Cette nouvelle loi, dont la mise en application est prévue pour 2016, donnerait le pouvoir aux communes de gérer le stationnement sur leur territoire, en fixant son prix et en pouvant confier son contrôle à des sociétés privées et non plus aux forces de l’ordre. Une mesure qui soulève la polémique et inquiète les associations d’automobilistes en raison de dérives potentielles, avec un risque d’explosion des tarifs du stationnement et du montant des amendes. D’ailleurs les Français ne s’y trompent pas : d’après un sondage Ifop paru l’été dernier, 63 % d’entre eux se sont déclarés contre cette loi de décentralisation.

Que pensez-vous de cette mesure ? Peut-elle permettre une meilleure harmonisation du stationnement en France ou risque-t-elle au contraire d’amener à des dérives ?

déc
11

Boîte noire automobile : un mouchard qui pose question

Actuellement en phase d’expérimentation, la boîte noire automobile pourrait bientôt se généraliser en France. De quoi s’agit-il exactement ? Comment fonctionne-t-elle ? À quoi sert-elle ? Pouvons-nous tous être fichés ? Explications.

C’est dans le domaine aéronautique que le recours aux boites noires est jusqu’à présent le plus courant. Et en parler est rarement bon signe : il s’agit généralement de vouloir comprendre les raisons d’un accident d’avion, par le biais de cet enregistreur qui archive toutes les données utiles : vitesse, freinage, altitude… La boîte noire automobile n’est pas différente, tout en étant bien sûr adaptée à l’analyse pour les voitures. Or, le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) pousse actuellement l’État à généraliser l’installation de ces appareils de mesure en France.

En phase d’expérimentation en Moselle

L’idée serait que la boîte noire n’enregistre ni son ni image et écrase les données au fur et à mesure du trajet, ne les conservant qu’en cas de choc (30 secondes avant l’accident, 15 secondes après). Actuellement en phase d’expérimentation dans le département de la Moselle, l’appareil est déjà massivement utilisé aux Etats-Unis et contribuerait, selon ses défenseurs, à adopter une conduite plus responsable. Pour ses détracteurs en revanche, il s’agit ni plus ni moins d’un mouchard dont les compagnies d’assurance pourraient se servir pour espionner leurs clients. Aucune date de mise en application des boîtes noires automobiles en France n’a pour l’heure été fixée.

Que pensez-vous d’un tel dispositif ? D’après vous, est-il un outil utile ou un gadget espion ?

déc
04

Au voleur ! Ma voiture a disparu…

Si vous êtes propriétaire d’une Twingo et que vous résidez dans les Bouches-du-Rhône, le risque est très élevé que vous soyez victime d’un vol. C’est le résultat d’une récente enquête qui a identifié les véhicules les plus prisés des délinquants et les départements les plus touchés.

Qu’ont en commun les petites citadines Renault Twingo ou Smart Fortwo et le luxueux Crossover BMW X6 ? Réponse : il s’agit des véhicules les plus volés en France en 2013. Avec 215 vols répertoriés sur le territoire lors des douze derniers mois, la Twingo arrive en tête de ce triste palmarès pour la sixième année consécutive… D’une manière générale, les vols de voitures ont grimpé de 2,1 % par rapport à l’année précédente. Une tendance qui a de quoi interpeler, alors que ce type de crime était en baisse depuis plus d’une décennie.

Des mesures de prévention des vols

Selon leur lieu de résidence, les Français ne sont pas tous touchés par cette délinquance de manière équitable. L’enquête menée par l’hebdomadaire Autoplus révèle que les Bouches-du-Rhône, l’Oise et le Val d’Oise figurent en tête du classement avec un taux moyen de 4,5 vols pour mille habitants. C’est 15 fois plus que dans un département comme la Lozère ! Pour limiter au maximum les risques de vol, il existe trois parades principales : l’antivol classique (compter 100 € pour un modèle fiable), la pose de films de protection pour se prémunir du car-jacking (500 €) et le boîtier de géolocalisation (400 €) pour permettre aux forces de l’ordre de retrouver plus facilement un véhicule subtilisé.

Que vous inspire ce palmarès ? Existe-t-il des méthodes fiables permettant de se prémunir d’un vol ?

nov
27

Conducteurs seniors : permis de conduire contre visite médicale ?

Alors que le nombre d’automobilistes de plus de 65 ans ne cesse de croître, un sondage vient de révéler qu’une large majorité de Français est favorable à une visite médicale obligatoire pour les autoriser à continuer de conduire. La raison ? Les facultés et réflexes de base auraient tendance à diminuer avec l’âge, augmentant les risques d’accidents…

Si vous avez été attentif en cours d’histoire, vous n’êtes pas sans savoir que les décennies d’après la Seconde Guerre mondiale ont été celles du baby-boom : une spectaculaire explosion des naissances, avec pour répercussion aujourd’hui un vieillissement croissant de la population. Il y a actuellement 8 millions de titulaires du permis de conduire âgés de plus de 65 ans sur les routes de France. Et à en croire un récent sondage de l’Ifop, ces automobilistes du troisième âge font peur ! Parmi les plus de 1 000 personnes interrogées, 77 % sont favorables à l’instauration d’une visite médicale obligatoire pour les seniors.

Les jeunes conducteurs restent les plus victimes d’accidents

La raison de cette défiance ? Les facultés de base pour conduire un véhicule auraient tendance à s’altérer avec l’âge, augmentant les risques d’accident : vue et ouïe en baisse, concentration et réflexes déficients, moindre connaissance des panneaux et du code de la route,… Pourtant, d’après les dernières statistiques de la Sécurité routière, les plus de 65 ans représentent 20 % du total des accidents mortels sur les routes de France, contre 21 % pour les 18-24 ans et 29 % pour les 25-44 ans.

Pensez-vous qu’il faille contrôler les aptitudes à conduire des seniors, comme c’est déjà  le cas dans plusieurs pays d’Europe (Espagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Scandinavie…) ?

nov
20

Marseille, championne des bouchons !

L’index de trafic TomTom vient de livrer son palmarès 2013 des villes les plus congestionnées. Sans surprise, Marseille l’emporte devant Lyon et Paris, alors que Lille et Strasbourg sont les meilleures élèves en France. La cité phocéenne est-elle amenée à rester perpétuellement bouchée ? Pas si sûr…

Pare-chocs contre pare-chocs, impossible de passer une vitesse ni de dépasser les 30 km/h, coups de klaxon… Tout le monde sait combien les embouteillages peuvent agacer. S’ils se passeraient volontiers de ce titre honorifique, les « champions » des bouchons en France sont les Marseillais, la cité phocéenne affichant un taux de congestion moyen de 40 %. Concrètement, cela signifie que les rues de la ville sont encombrées en moyenne plus des deux-tiers du temps. C’est TomTom, la société spécialisée dans les GPS, qui vient de révéler cette information avec son classement annuel des agglomérations les plus touchées par le phénomène.

5,6 milliards de coût par an

Avec 36 % de congestion, Paris arrive en deuxième position de ce classement, devant Lyon et Nice (31 % chacune). À l’inverse, Lille et Nantes peuvent se targuer d’être les moins congestionnées des grandes villes françaises, avec un taux de 21 % chacune, devant Strasbourg et ses 24 %. Pour quitter sa place de bonnet d’âne, Marseille espère beaucoup des promesses faites ces derniers jours par le gouvernement, avec plus de 3 milliards d’euros d’investissement dans les transports et la construction d’une nouvelle rocade. Un cabinet d’études a par ailleurs évalué que les embouteillages en France coûtaient chaque année 5,6 milliards d’euros en perte de temps et en carburant inutilement consommé.

D’après vous, quelles sont les solutions envisageables pour réduire la congestion des centres-villes ?

nov
13

Le PV à la mode européenne, c’est pour maintenant !

Vingt-cinq pays de l’Union européenne ont conclu un accord de partage des fichiers en matière d’infractions routières. Fin de l’impunité pour les étrangers en France, comme pour les Français verbalisés hors des frontières ? Pas forcément, car il reste des failles dans lesquelles s’engouffrer pour ne pas avoir à s’acquitter de son PV…

Vous avez tous vécu ce genre de situation : vous circulez sur la route en respectant les limites de vitesse quand un véhicule vous double à vive allure, ne paraissant pas se soucier des radars. De l’inconscience ? Non, simplement un conducteur étranger qui sait qu’il ne recevra jamais le moindre PV à son domicile. La Sécurité Routière a recensé 21 % de véhicules immatriculés hors de France en infraction, alors qu’ils ne représentent que 5 % du trafic. Et avouez que vous aussi, si vous avez déjà circulé à l’étranger, vous avez probablement été tenté de faire pareil.

Aucun risque de poursuites…

Mais ça, c’était avant que 25 pays européens (dont la France) ne décident de partager leurs fichiers en matière d’infractions routières. Dans les faits, cette décision signifie qu’un automobiliste verbalisé hors de son pays d’origine peut désormais recevoir le PV dans sa boîte aux lettres. Il reste pourtant des failles que certains avocats spécialisés se sont empressés de noter : la traduction obligatoire des procès-verbaux dans la langue du contrevenant n’est pas encore prévue pour tous les pays. Et surtout il n’existe pas pour l’heure de moyens contraignants pour forcer un contrevenant à payer. À moins de retourner dans le pays où vous êtes en faute et de vous faire contrôler, vous n’avez aucun risque de poursuites en cas de non-paiement du PV.

Pensez-vous que cette mesure va changer le comportement des automobilistes hors de leurs frontières ?

nov
06

Le vice de procédure qui annule les suspensions de permis !

Des milliers de suspensions de permis prononcées chaque année pourraient s’avérer illégales. La faute à un vice de procédure que vient de révéler un groupement d’avocats. De quoi s’agit-il et comment cela fonctionne-t-il ? Explications.

L’histoire paraît incroyable : la justice administrative vient d’annuler deux arrêtés préfectoraux pris pour empêcher deux conducteurs de prendre le volant durant six mois, à la suite d’une infraction routière. La raison ? Les représentants de l’État n’auraient pas respecté… la loi ! En effet, dans le cadre d’une procédure de suspension de permis, une loi en date du 12 avril 2000 stipule que les représentants de l’État (les forces de l’ordre) doivent obligatoirement recueillir les observations du conducteur. Or, cette obligation n’est quasiment jamais respectée, comme l’a constaté l’Automobile Club des Avocats (ACDA).

Plus de 150 000 suspensions chaque année

C’est ce groupement d’avocats qui a révélé cette faille, dans laquelle des milliers d’automobilistes qui se sont vus retirer leur permis pourraient s’engouffrer. L’an dernier, 155 033 suspensions de permis ont été prononcées pour diverses raisons (grand excès de vitesse, conduite sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants…) La loi de 2000 devait permettre de traiter au cas par cas la situation personnelle de l’automobiliste en faute, de manière à voir si la suspension n’a pas de conséquences trop graves sur sa vie privée et professionnelle. L’ACDA espère ainsi exploiter cette faille pour inciter l’autorité administrative à ne plus appliquer aussi mécaniquement des barèmes selon les infractions constatées.

Que pensez-vous de ce vice de procédure ? Pensez-vous qu’il faille effectivement prendre en compte la situation de l’automobiliste en faute et adapter la sanction au cas par cas ?