Toute l’actualité automobile sur le blog infos-automobile.fr

oct
30

Avertisseurs de radars, sont-ils légaux ?

Alors que les radars automatiques en France fêtent leurs dix ans d’existence, il existe différents types d’appareils censés les repérer pour éviter de se faire prendre. Lesquels sont légaux et que risque-t-on à en utiliser un qui ne l’est pas ? On fait le point.

Avez-vous pensé à souhaiter un joyeux anniversaire la dernière fois que vous êtes passé devant un radar automatique ? Parce que c’est le moment ! Le dispositif fête cette année ses dix ans. C’est en effet par une série de mesures instaurées en 2003 qu’ont été pour la première fois installés en France des appareils contrôlant en permanence la vitesse des usagers. Aujourd’hui, on compte près de 4 200 radars, dont 2 202 fixes. Ils ont à la fois permis de fortement diminuer la mortalité routière (3 545 tués en 2012 contre 7 654 dix ans plus tôt) et d’augmenter les recettes de l’État, avec la coquette somme de 4,2 milliards d’euros amassée sur la décennie.

Détecteurs non, AAC oui

Ces radars sont désormais incontournables. Mais sont-ils pour autant évitables ? Les détecteurs proprement dits, qui permettent d’en déceler la présence en envoyant des ondes, sont strictement interdits. Leur utilisation peut vous valoir la perte de 6 points, une contravention de 1 500 euros, trois ans de suspension du permis et la confiscation du véhicule. En revanche, les Assistants d’aide à la conduite (AAC) restent légaux. Concrètement, ces appareils n’indiquent pas l’emplacement précis des radars, mais annoncent la présence d’une « zone dangereuse » allant de 2 à 4 km, qui se recoupe souvent avec la présence d’un radar grâce à une base de données mise à jour régulièrement…

Que pensez-vous de la présence de ces radars ? Cherchez-vous à en déceler la présence ?

oct
23

Avant d’acheter une voiture, pensez déjà à sa revente !

Le marché de l’occasion ne s’étant jamais porté aussi bien, c’est une aubaine pour bien revendre son véhicule. Encore faut-il avoir en sa possession un modèle jouissant d’une bonne cote ! Quelques conseils pour faciliter la transaction seconde main.

Le marché de l’automobile dans l’hexagone s’est toujours distingué de ses homologues étrangers sur un point : les Français raffolent de l’occasion ! Dans un garage ou de particulier à particulier, nous sommes fans de ces véhicules de seconde main et des affaires qu’il y a à faire sur ce marché. Depuis le début de l’année 2013, les ventes de voitures d’occasion ont été trois fois plus importantes que celles de voitures neuves : respectivement 3,576 millions contre 1,167 million. Mais attention, c’est un marché très hétérogène où certains véhicules perdent plus vite de la valeur que d’autres…

Les voitures françaises au top

Pour être sûr de bien revendre sa voiture, quel modèle faut-il choisir ? Réponse : français ! Parmi le Top 20 des ventes de véhicules d’occasion, quinze modèles sont de marque française et les trois premières places sont occupées par Renault et Peugeot, avec dans l’ordre la Clio, la monospace Mégane et la Peugeot 206. Autres valeurs sures : Volkswagen avec la Golf et la Polo, la Ford Fiesta chez les compactes et BMW et Audi sur le marché des véhicules de prestige.

Et vous, êtes-vous vigilant vis-à-vis de la cote Argus de votre véhicule ? Quels modèles sont les champions dans ce domaine ?

oct
16

Jeunes au volant, danger au tournant !

Alerte : une récente enquête révèle les très mauvaises habitudes prises par les jeunes conducteurs. Non seulement ils regardent leur smartphone au volant mais un tiers d’entre eux reconnaît écrire des SMS ! Un comportement reconnu hautement dangereux et qui interpelle…

Imaginez la scène suivante : vous êtes au volant, concentré sur la route, quand soudain le « bip-bip » de votre smartphone retentit et un petit signal rouge clignote, signalant que vous venez de recevoir un SMS. Est-ce si dur d’attendre d’être arrêté, moteur éteint, pour en connaître le contenu ? Oui, d’après une étude de la TNS Sofres commandée par la Sécurité Routière. Parmi les 950 conducteurs interrogés en septembre dernier, 31 % reconnaissent fréquemment consulter leur smartphone en conduisant. Un pourcentage qui passe à 61 % pour les moins de 35 ans.

Le portable au volant fait moins peur qu’avant

Pire, 13 % des sondés et 32 % dans la catégorie des moins de 35 ans avouent qu’il leur arrive de répondre à ces SMS en conduisant. En d’autres termes, un tiers des jeunes ont l’inconscience d’écrire des messages avec leur téléphone portable alors qu’ils sont censés tenir un volant et se concentrer sur la circulation ! Ce résultat est d’autant plus inquiétant qu’un tel comportement multiplie par 23 les risques d’accident. Un élément de cette enquête amorce un début d’explication : seulement 76 % des Français jugent dangereuse l’utilisation d’un téléphone portable au volant, contre 90 % en 2004… C’est pourquoi la Sécurité Routière vient de décider la mise en place d’une vaste campagne de sensibilisation intitulée : « Quand vous regardez votre smartphone, qui regarde la route ? »

Et vous, que pensez-vous d’un tel comportement ? Etes-vous aussi tenté de consulter et de répondre à un texto tout en conduisant ?

oct
09

La voiture idéale des Français ? Une entrée de gamme économe !

Si l’automobile fait encore rêver, les consommateurs savent se montrer pragmatiques. Une récente étude révèle en effet qu’une grande majorité d’entre eux sont sensibles prioritairement à l’entrée de gamme et aux moteurs économes au moment d’acheter un véhicule.

Fermez les yeux et laissez courir votre imagination. Si je vous demande de me décrire la voiture de vos rêves, à quoi ressemblera-t-elle ? Certainement à un rutilant véhicule bardé d’options, une carrosserie stylée et un gros moteur sous le capot, n’est-ce pas ? C’est normal, il n’est pas interdit de fantasmer ! Mais lorsqu’il s’agit de définir vraiment ce que serait la voiture idéale, il n’est plus question d’esthétisme, de confort ni de performance mais bel et bien de prix, surtout en ces temps difficiles… Une récente étude commandée par Cetelem auprès de plus de 4 800 personnes en Europe révèle ainsi que pour 82 % des Français, c’est d’abord le prix d’achat la priorité des priorités lors du renouvellement d’un véhicule. C’est plus que la moyenne continentale, qui est de 74 %.

L’économie de carburant, cheval de bataille des constructeurs

Le critère prix passe bien avant les caractéristiques techniques, la sécurité, le design, le confort ou le plaisir de conduire. Résultat : ce sont les entrées de gamme qui ont actuellement le plus la cote. Ces modèles représentent aujourd’hui 42 % de part de marché, contre seulement 35 % il y a une décennie. Et puisque les automobilistes regardent d’abord le portefeuille, l’étude Cetelem estime que les constructeurs ont tout intérêt à privilégier les innovations technologiques permettant de réaliser des économies de carburant.

Et vous, quels critères retenez-vous en priorité lors de l’achat d’un véhicule ?

oct
02

Malus automobile : un nouveau barème qui fait mal au porte-monnaie

Pour pousser les automobilistes à acheter des véhicules moins polluants autant que pour remplir ses caisses, l’État prévoit une hausse conséquente du barème du malus écologique. Explications.

À chaque dernier trimestre d’une année, quel que soit le gouvernement, le rituel est immuable : c’est l’heure de présenter le budget de l’année suivante. Et ça ne vous aura pas échappé, l’heure est aussi à la course contre l’endettement de l’État, avec de nombreuses coupes budgétaires et de l’argent « gratté » partout où c’est possible. Le secteur de l’automobile n’échappe pas à la règle : dans le projet de budget 2014, il a ainsi été décidé de durcir le barème du malus écologique, à la fois par un abaissement du seuil de déclenchement et par une augmentation des tarifs de chacune des tranches.

Une minorité de petits modèles épargnée

S’agissant de l’abaissement du seuil de déclenchement, il passe de 135 grammes de CO2 au kilomètre à 130 grammes. Résultat, seule une minorité de modèles compacts sont désormais exemptés de malus, notamment la Twingo, la Clio, la 107, la Yaris ou encore la Polo. S’agissant de l’augmentation des tarifs de chacune des tranches, elle est conséquente : par exemple de 100 à 250 euros entre 136 et 140 gr/km de CO2, de 1 000 à 1 600 euros entre 151 et 155 gr/km, de 5 000 à 6 500 euros au-delà de 191 gr/km, etc. Certains modèles de voitures familiales tels que les monospaces se trouvent particulièrement pénalisés par cette nouvelle donne. À l’heure où le pouvoir d’achat des ménages est en berne, ce n’est certainement pas une décision populaire…

Que pensez-vous de ce nouveau barème ? Se justifie-t-il ?

sept
25

Prime à la casse : solution miracle ou arnaque ?

Alors qu’il est question ces temps-ci d’un retour de la fameuse prime à la casse, il y a matière à s’interroger sur la pertinence d’un tel dispositif. Car s’il permet à court terme de booster les ventes de voitures, il interpelle sur leur durée de vie de plus en plus courte.

Les données sont simples : d’une part, les constructeurs français sont dans le rouge, d’autre part la pollution des vieilles voitures inquiète. Pour tenter de résoudre ces deux problèmes, que faudrait-il ? Que les Français se remettent à acheter de nouvelles voitures, pardi ! Le meilleur outil d’incitation à l’achat d’automobiles à disposition du gouvernement n’est autre que la fameuse prime à la casse, utilisée pour la dernière fois entre 2008 et 2010. L’idée de son retour en 2014 refait surface ces derniers temps, sous forme d’une prime de 1 000 euros en cas d’achat d’une voiture d’occasion de moins de 4 ans (répondant aux normes antipollution Euro V). De quoi assainir le parc automobile et relancer un marché atone.

L’obsolescence programmée en question

Pourtant, cette histoire de prime à la casse a de quoi interpeller, alors que des voix s’élèvent ces derniers temps pour évoquer le scandale de l’obsolescence programmée (le fait que les fabricants limitent la durée de vie d’un produit pour pousser à la consommation). N’inciterait-on pas ces derniers temps à se débarrasser un peu trop rapidement de véhicules encore en parfait état de fonctionnement ? Une récente étude vient démentir cette impression, puisque l’âge moyen d’un véhicule est passé de moins de 6 ans en 1980 à 8 ans en 2009. Si les voitures sont de plus en plus fiables et résistantes, ce sont en fait surtout les changements de design qui tendent à ringardiser très vite les anciens modèles, comme c’est le cas, par exemple, cette année avec les nouveaux modèles de Clio et de 308.

Et vous, que pensez-vous d’un retour à la prime à la casse ?

sept
18

Périphérique : et maintenant 50 km/h !

Alors que la vitesse maximum autorisée du périphérique francilien devrait bientôt passer de 80 km/h à 70 km/h, des élus vont jusqu’à préconiser un abaissement à 50 km/h ! Un concours de lenteur qui pourrait se propager ailleurs en France.

Avec les élections municipales qui approchent, c’est déjà l’heure de la surenchère d’annonces entre candidats. Soutenue par un groupe d’élus écologistes, la candidate PS à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, vient d’annoncer son souhait de réduire la vitesse sur le périphérique francilien à 50 km/h maximum, contre 80 km/h actuellement ! Une proposition qui intervient alors même que l’actuel maire de Paris, Bertrand Delanoë, peine déjà à faire baisser la vitesse maximum autorisée sur ce même périphérique à 70 km/h… Les partisans d’une telle mesure se rangent derrière deux arguments convaincants : la sécurité routière et la diminution de la pollution sonore.

Le centre-ville en zone 30

Plus généralement, la tendance du moment en France est à la diminution de la vitesse maximum autorisée sur l’ensemble du réseau routier. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a récemment souhaité lancer une réflexion sur ce sujet, émettant le désir de passer de 130 km/h à 120 km/h maximum sur autoroute et de 90 km/h à 80 km/h maximum sur nationale. Les centres-villes non plus ne risquent pas d’être épargnés : le passage du tout Paris intra-muros en zone 30 a été évoqué, une mesure déjà adoptée par Lyon, qui possède 87 km de réseau routier limités à 30 km/h dans son cœur de ville. À ce rythme, les 5e et 6e vitesses d’un véhicule vont finir par devenir obsolètes !

Que pensez-vous de cette tendance à diminuer la vitesse maximum autorisée ?